Conférence

La danseuse, le charpentier et les sept samouraïs

mercredi 22 mai 2013

Conception I Jacques Arpin
Danse Nihon Buyô I Jean-François Cattin
Danse Butô I Corina Pia
Contenus vidéos I Lucas Arpin
www. jacques-arpin.com I j.arpin chez bluewin.ch

Mettre en cause le corps et ses apprentissages
Suivre les itinéraires migrants par leur théâtre
En clôture de MIGRATIONS, l’ethnopsychiatre Jacques Arpin, nous invite dans un univers fait de moments dansés, d’extraits de film et de discussion pour donner corps et mieux incorporer une réflexion anthropologique sur les liens entre « Migrations, Théâtre, Médecine et autres Performances ».
L’art se limite-t-il au spectacle ? L’art implique des traditions et des techniques.
Les artistes sont ceux qui privilégient la manière, la forme, la technique. Alors mettons-les au défi de montrer combien leurs formes d’art constituent bien davantage que du spectacle. C’est de la performance où le corps et ses apprentissages sont mis en cause.
Si l’art ne se limite pas au spectacle, alors l’art comme performance se trouve partout. Dans tous les métiers et ailleurs dans toutes les performances de la vie dont l’art de migrer.
On peut suivre les itinéraires migrants par leur théâtre. On voyage avec son théâtre, répertoire dans la langue d’origine. On s’implante dans un nouveau pays, on commence à traduire les spectacles pour accueillir d’autres spectateurs que ceux de la communauté d’origine, on intègre les répertoires des autres populations.
C’est un modèle d’adaptation en intelligence avec les identités de chacun
et les défis techniques que présentent ces navigations entre les répertoires. On peut aussi suivre les « choses », les costumes, les maquillages, les masques, les accessoires.
On peut prolonger ce sens de la performance en évoquant la performance de la santé, la performance de la maladie et la performance des soins, imaginer des solos de malades comme l’acteur de la torture et le danseur de la mutilation, des duos thérapeutiques entre patient et guérisseur comme les recherches entre metteur en scène et acteur.
Les traditions et les techniques qui les instrumentent permettent aux peuples déracinés de se reconstituer, de jouer leurs rituels, d’inventer de nouvelles traditions, avec le corps comme matériau de base et comme véhicule de la performance.

La danseuse, le charpentier et les sept samouraïs
MERCREDI 22 ET JEUDI 23 MAI À 20H
Conférence Performance I Jacques Arpin
Une réflexion en mouvement sur les liens entre « Migrations, Théâtre, Médecine et autres Performances »
Durée : 120 minutes