La seule patrie est le voyage

08.03-01.05.16

Migrations, temps fort du Galpon

Ouvrir des brèches dans les frontières entre disciplines artistiques et entre les domaines des sciences humaines

Le mot Migration est inscrit dans l’ADN du Galpon

L’un des fondements culturels de Genève est la pluralité née de la migration. Par ce temps fort qui matérialise le projet artistique du Galpon dans toute sa complexité, nous abordons la question de la migration dans un sens large ; réflexions sur les échanges entre les différentes formes d’art vivant et leurs liens réels ou à construire avec les problématiques socioculturelles des différentes communautés qui constituent la ville de Genève.
Le Galpon est un lieu au cœur duquel s’ouvrent des brèches dans les frontières entre diverses disciplines artistiques, et entre divers domaines des sciences humaines. Rendre ces frontières poreuses, en faire des espaces d’échange en cherchant la confrontation des points de vue pour développer l’imagination et le partage et sortir des impasses de l’actualité politique.

+ + +

Questionner notre humanité

Pour cette édition 2016, nous sommes partis de l’interrogation suivante : pourquoi et comment créer sur scène dans des temps de barbarie ?
Cette question offre le cadre au sein duquel artistes et associations invités peuvent questionner notre humanité. Un questionnement sans compassion mais qui exige d’affiner notre regard afin d’observer et de prendre en compte nos mutations et leurs enjeux philosophiques, politiques, économiques et artistiques.
Face à ces transformations qui s’opèrent à un rythme vertigineux, comment notre solidarité ou simplement notre tolérance à l’autre évoluent ? Changent-elles à la même vitesse ? Nos lois d’hospitalité se sont-elles développées à la même rapidité que le monde globalisé pour accueillir une diversité chaque fois plus marquée ?

ln via patria, disait Saint Augustin. Nous affirmons aujourd’hui que "Nous sommes voyage". Si telle est l’une des composantes de notre être, nous nous interrogeons sur la perception de la migration. Pourquoi entraine-t-elle tellement de violence ? Pourquoi, si "nous-sommes-voyage", une telle peur à l’idée du déplacement, du changement ?

Avec ces Migrations, nous affirmons que nos pratiques artistiques ne sont pas un décor esthétique, ni ne prétendent apporter le salut. Nos expériences et pratiques peuvent et doivent, dans leurs diversités, chercher une vision plus complexe et plus vraie du monde. Elles peuvent et doivent devenir des laboratoires de nouvelles formes pour apporter des débuts de réponse à cette question : sommes-nous étrangers à nous mêmes ?

+ + +

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le dossier de presse

+ + +

Lire l’article de Katia Berger, la Tribune de Genève, mardi 8 mars 2016

Lire l’article de Cécile Dalla Torre, le Courrier, mercredi 9 mars 2016

Coeurs migratoires et inauguration
8 mars
Vernissage et spectacle | Casilda Regueiro, d’après des récits de femmes migrantes vivant à Genève - photos

La violence aura-t-elle raison de la presse ?
11 mars en préambule à Femme non-rééducable
Projection et table ronde | divers intervenant.e.s - photos

Femme non-rééducable
12 et 13 mars
Stefano Massini | Memorandum théâtral sur Anna Politkovskaia | Dominique de Rivaz - photos

Le temps nu - Pasolini
Du 18 au 20 mars
Création chorégraphique | compagnie Velvetblues - photos

Zokwezo
Du 29 mars au 10 avril
Julien Mabiala Bissila | Création théâtrale | compagnie Apsara - photos

Sortir de l’impasse pour retrouver la surface !
6 avril
Table ronde et expo photo | Cristina del Biaggio et autres intervenant.e.s - photos

Gnonnôu - Femme
9 avril en prélude à Zokwezo
Projection du film en présence d’Agnès-Maritza Boulmer - photos

Point de chute
du 10 au 17 avril
Exposition de photos | Jean-Michel Etchemaïté - photos

Une Eneide
Du 13 au 17 avril
Sébastien Grosset, d’après Virgile | Théâtre - création | Carré Rouge compagnie

Festival Rature
Du 22 au 24 avril
Festival Queer féministe

La prothèse, l’acteur et la performance
26 et 27 avril
Performance | Jacques Arpin

La colère d’Antigone
Du 29 avril au 1er mai
Performance | Studio d’Action Théâtrale

Voir la galerie photo du temps fort©Elisa Murcia Artego
Voir la galerie photo du temps fort©Miguel Bueno