Temps fort Migrations

Ce qui nous habite et nous habille

Dès que l’homme a perdu son pelage, il s’est vêtu. De peaux de bêtes, de lainages et de tissages. Dès les débuts des organisations sociales humaines, le vêtement, la parure et les ornements ont permis d’identifier la fonction, le métier, la catégorie sociale des membres des différentes communautés. Autant de codes rendant visibles des règles ou coutumes la plupart du temps assez strictes.

Aujourd’hui, les codes vestimentaires ne sont plus aussi explicites. Chacune et chacun revendique le droit de se vêtir comme bon lui semble. Dès lors, que signifie l’habillement et quelles sont nos libertés et nos contraintes dans nos façons de nous présenter au monde ?

Sur scène, les cinq danseurs évoluent dans un environnement changeant, passent de mouvements codifiés à d’autres. Revisitant la culture musicale disco des années quatre-vingt, ils évoquent les débuts de la course sans fin vers une apparence à géométrie variable, vers un corps qui soit l’expression d’une identité choisie et toujours révocable.

Une création qui questionne notre relation avec ce qui nous habille, ce que cela exprime de notre personnalité ou de nos intentions, en quoi cela révèle ce qui nous habite.

www.estuaire.ch

Conception et chorégraphie Nathalie Tacchella en collaboration avec l’équipe artistique
Scénographie Padrut Tacchella
Films et projections Nicolas Wagnières
Musique Adrien Kessler
Lumières Bruno Faucher
Costumes Marion Schmid
Danse Marion Baeriswyl, Fabio Bergamaschi, Carl Crochet, Ambre Pini, Diane Senger
Aide à la scénographie Lucia Sulliger
Régie générale Thierry Court
Relations presse Hélène Mateev
Production déléguée Laure Chapel


Production compagnie de l’estuaire
Coproduction Temps fort Migrations, le Galpon

Avec le soutien de la Ville de Genève, la Loterie Romande et la fondation Binding