Les frontières des apparences

Hommage sculpté aux femmes du monde

De 8000 à 400 ans av. J.-C, de Catalhoyuk en Anatolie au permafrost sibérien, les archéologues contemporains nous révèlent les traces de sociétés d’antan, tenues par des femmes, ayant vécues sous d’étranges modes de vie égalitaires et vraisemblablement sans hiérarchie.

Sur scène, de multiples objets, ramenés de voyage, déconstruits puis reconstruits, se transforment en fragments de corps de femmes : corps de racine de rivière, corps de crayons d’équerre et de compas scolaire, corps de cithare indienne, corps de fer-à-béton, corps de trompette du Ladakh, corps de bouteilles de pet et visages sculptés dans des cannettes de bières retroussées.

Au fil du spectacle, ces objets prennent vie grâce à Markus Schmid, manipulateur d’objets, qui épouse merveilleusement de son corps d’homme ces diverses formes féminines. L’œil s’y perd, on ne sait plus ce qui appartient à qui et qui est à quoi. Une manière de questionner, par l’art plastique et le mouvement, le mime et la vidéo, cette notion de féminité, celle qui construit et relève, contrepoint au cynisme géopolitique ambiant.

Une création qui emmène le spectateur dans un voyage onirique et poétique saisissant.

andrayas.com

Concept objets-sculptures, masques et mouvement
Markus Schmid
Sculptures Alexandra Ugnivenko
Collaboration objets-lumière Gilles Martinières
Musique Cynthia Knoch, Foppe Jacobi, Stefaan De Rycke
Fonds sonore Christian Schmid, Hugo Moura
Images et Vidéo Nicola Cuti
Collaboration artistique Sandra Heyn, Pierrik Malebranche


Production compagnie Andrayas
Coproduction Temps fort Migrations, le Galpon


Whomyn est proposé en représentations scolaires pour les écoles primaires et ouvre ses représentations publiques aux élèves du CO et du secondaire II.
Plus d’infos sur les pages écoles
Télécharger le dossier école


 

Production en cours d’élaboration